Philosophe de rue

Par un dimanche nuageux de fin d’automne, je m’élance vers le marché.

Un vent d’en au-dessous de zéro siffle gentiment, rafraîchit les visages.

Je croise un jeune homme qui porte deux sacs d’épicerie assez pesants.

« Ne lâchez pas! », que je lui envoie. Au retour de l’épicerie, pensai-je, c’est moi qui porterai les deux sacs….

Légers, bien balancés, accrochés à mes mitaines…allègre, j’avance, intercepte un homme au regard clair et oh! attentif à ce qui l’entoure….

Dans ce panorama,  le regard d’un autre homme au passage, celui-là en position d’ écoute au milieu de deux femmes.

Ça fait bien deux hommes sensibles et à l’écoute que je vois d’affilée !!

Grimpant le trottoir de la rue Walton, de l’autre côté de la rue, deux femmes aux pieds lourds conversent, n’entendent pas à quelques mètres d’elles l’exclamation de ma chute sur les genoux.

Je m’étonne soudain de ces séquences!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.